Hêtre ou ne pas hêtre ?

Hêtre ou ne pas hêtre ? Tout savoir sur les essences de bois  

Est-il besoin de rappeler les nombreux avantages que représente l’utilisation d’un poêle à bois ? Le bois est le combustible le moins cher du marché qui ne produit pas d’émission de gaz à effet de serre et permet de réduire son empreinte carbone. C’est une énergie renouvelable, dans la mesure où il est issu d’exploitations forestières gérées durablement. Il vaut mieux ne pas utiliser n’importe quel bois  et privilégier des bois certifiés.

Voici donc quelques conseils pour s’y retrouver parmi les nombreuses essences de bois, car toutes ne brulent pas de la même façon :  

Les feuillus durs : chêne, charme, hêtre, frêne…

Les feuillus tendres : bouleau, platane, peuplier…

Les résineux : sapin, pin, épicéa…  

D’une manière générale, il convient de privilégier du bois de feuillus durs, plus denses que les autres et qui mettent longtemps à se consumer en dégageant une chaleur intense.

S’ils offrent de nombreux avantages, les bois durs nécessitent un temps de séchage plus long, du fait de leur densité. Il faut compter 2 à 3 ans de séchage.   Les bois tendres sont utiles à l’allumage car ils sont faciles à embraser, font de belles flammes mais leur performance de chauffage est faible.  

Enfin, pour un poêle, les bois de résineux sont à éviter. Ils brûlent plus vite mais encrassent les conduits à cause de leur résine. 

Il faut également veiller au taux d’humidité. Un bois trop humide fournit deux fois moins d’énergie qu’un bois sec et encrasse plus rapidement les installations. D’où l’importance de stocker les bûches dans un endroit abrité. 

Attention également à la tentation de faire brûler du bois de récupération, qui peut avoir été traité avec des substances toxiques et dégager des fumées nocives  Pour résumer, l’idéal est d’utiliser des bois durs, de réserver les bois tendres pour le démarrage du feu et de proscrire les résineux.